FacebookTwitter
mardi, 12 avril 2016 14:14

Kashechewan : encore au moins deux ans

Écrit par 
Les réfugiés de Kashashewan en 2015. Les réfugiés de Kashashewan en 2015. Photo : Andréanne Joly
Kapuskasing — À quelques semaines de la débâcle, il semble que le séjour des résidants de Kashechewan établis en permanence à Kapuskasing depuis mai 2014 sera prolongé de deux ou de trois ans.

Selon le coordonnateur des évacués à Kapusasking, Gerry Demeules, la courte saison hivernale est venue entraver le transport des matériaux de construction par les routes d’hiver pour assurer la réfection des résidences en proie aux moisissures dans le village côtier de la baie James.

Au départ, une quarantaine de familles — 260 personnes — devaient séjourner jusqu’à deux ans à Kapuskasing, soit jusqu’au printemps 2016. Ces évacués sont maintenant au nombre de 465, nombre auquel s’ajoutent les proches en visite qui prolongent leur séjour pour profiter de certains services professionnels offerts dans la communauté. «Il y a beaucoup de parenté qui vient passer quelques semaines, un mois. Ça a un effet sur nos services : les optométristes, les dentistes, l’hôpital», dit M. Demeules.

L’intégration se déroulerait bien, mais autant la directrice de l’école Kash-Kap School, Cindy Proulx, que M. Demeules indiquent que les résidants ont le mal du pays. «Surtout lorsqu’il y a des décès et pendant la période de la chasse, ce sont des gens très attachés à leurs traditions», précise M. Demeules. «La chasse à l’outarde, pour eux, est très importante. Ça commence maintenant.»

L’enseignement des jeunes se poursuit pour une deuxième année scolaire dans l’ancienne école catholique Jeanne-Mance, achetée par la Ville pour accommoder cette clientèle. En septembre, quelque 90 élèves étaient inscrits dans l’établissement géré par le conseil Hishkoonikun Education Authority de Kashechewan.

Le 12 mai 2014, la crue des eaux de la rivière Albany a forcé l’évacuation des 3000 habitants de Kashechewan. Un mois plus tard, la forte majorité des déplacés était rentrée chez elle, mais 250 personnes étaient encore regroupées à Kapuskasing parce que leurs résidences étaient considérées comme infectes. L’été précédent, elles avaient passé trois mois à Kapuskasing, parce que leurs résidences avaient été touchées par un refoulement d’égout.

Saison des crues

Par ailleurs, relevons que la Ville de Kapuskasing s’est dite prête aux évacuations que pourraient forcer les ruptures de glace des rivières qui alimentent la rivière Albany, qui coule entre Kashechewan et Attawapiskat. Les évacués qui transitent par Kapuskasing y seront logés ou seront dirigés vers Smooth Rock Falls et Kirkland Lake.

Au cours des dernières années, la débâcle a été observée à la fin avril. Avec le réchauffement prévu à la fin de la semaine, le Programme de prévision des crues du ministère des Richesses naturelles et des Forêts s’attend à observer la fonte des neiges et des premières ruptures de glace.
Lu 2273 fois Dernière modification le mardi, 12 avril 2016 14:56
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains
    Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains North Bay — La Guilde de potiers de North Bay tente de relever le défi de fabriquer plus d’une centaine de bols en seulement quelques mois afin d’appuyer un projet humanitaire sur le continent africain. Une initiative parrainée par le…
    Ecrit le vendredi, 21 septembre 2018 13:36
  • Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme
    Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme Nipissing Ouest — Les candidats à la mairie et aux postes de conseillers de Nipissing Ouest ont participé à deux débats la semaine dernière afin de présenter les enjeux qu’ils croyaient plus importants et ceux qui seraient leurs priorités si…
    Ecrit le jeudi, 20 septembre 2018 09:24
  • Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie
    Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie Sault-Ste-Marie — Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et tenter de rehausser la fierté de s’afficher parmi la communauté franco-ontarienne. L’organisme s’est fixé des objectifs clairs…
    Ecrit le mercredi, 19 septembre 2018 13:08
  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login