FacebookTwitter
mercredi, 23 mars 2016 11:01

Les Trudeau et les Francos

Les Franco-Canadiens vivant à l’extérieur du Québec seront-ils aussi bien desservis par Justin Trudeau qu’ils l’ont été par Trudeau père? Voilà une question pertinente à la lumière de récentes décisions ou omissions du jeune gouvernement libéral.

Rappelons d’abord que l’arrivée de Pierre Elliott Trudeau en politique fédérale, en 1965, survient à un moment charnière dans l’histoire des relations entre les deux peuples fondateurs du Canada. Le pays fait alors face à une montée fulgurante du nationalisme québécois qui se manifeste d’abord par des écrits de la part d’intellectuels, bientôt suivis d’actes de violence. On pense ici aux poseurs de bombes des années 1960. En arrivant à Ottawa, Trudeau-père a donc le souci de rectifier les torts envers la minorité de langue française.

C’est ainsi que, devenu premier ministre, Pierre Trudeau fera adopter en 1969 la Loi sur les langues officielles qui officialise l’égalité des deux langues, française et anglaise, au sein de l’appareil gouvernemental partout au pays. Il crée aussi un Commissariat aux langues officielles pour voir à l’application de cette loi. Plus tard, lors du rapatriement de la Constitution, il l’accompagnera d’une Charte des droits qui garantit l’égalité des deux langues. Ces gestes seront d’une importance capitale pour l’unité nationale et pour le développement des minorités de langues officielles.

Pour Trudeau-père, on peut donc dire qu’il y avait urgence en la demeure et qu’il a dû batailler pour assurer la dualité linguistique du Canada. La situation est bien différente pour son fils Justin.

Justin Trudeau est devenu premier ministre dans une période relativement calme dans le dossier de l’unité nationale. Le mouvement indépendantiste québécois semble s’essouffler, la Loi sur les langues officielles aura bientôt 50 ans et il y a de plus en plus de personnes bilingues au Canada. On pourrait croire que les batailles pour l’égalité linguistique sont choses du passé.

Ce n’est pourtant pas le cas. Le taux d’assimilation hors-Québec frôle toujours les 40 %, nos communautés manquent toujours d’institutions équivalentes à celles de la majorité, il n’y a toujours qu’une seule province bilingue et il y a encore des rednecks qui vocifèrent contre les services en français.

L’égalité linguistique est donc loin d’être acquise. Pourtant, ce droit ne semble pas trop préoccuper le nouveau gouvernement Trudeau. Quelques exemples : les mots «responsable des langues officielles» ont été retirés du titre officiel de la ministre du Patrimoine; alors qu’on retrouve le multiculturalisme et la culture autochtone — deux valeurs fondamentales, j’en conviens — dans les thèmes qui seront célébrés lors du 150e du Canada l’an prochain, la dualité linguistique n’en fait pas partie; lors des consultations prébudgétaires du ministre des Finances, aucune n’a visé le développement des communautés linguistiques minoritaires; sur sept sénateurs nommés la semaine dernière, une seule personne provient d’une minorité linguistique.

Bon, c’est un nouveau premier ministre et un nouveau gouvernement. La courbe d’apprentissage étant, j’imagine, assez abrupte, ils ont le droit à des omissions et à des erreurs. L’ensemble de leurs réalisations à ce jour donne de l’espoir aux Canadiens et c’est bien. Cet éditorial n’est donc qu’un petit rappel amical.
Lu 3128 fois Dernière modification le mercredi, 23 mars 2016 11:04
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang
    Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang East Ferris — Pauline Rochefort, conseillère et mairesse adjointe actuelle de la municipalité d’East Ferris, a remporté le poste de la mairie par acclamation. Le maire Bill Vrebosch a décidé de briguer un poste de conseiller municipal à North Bay…
    Ecrit le vendredi, 17 août 2018 15:39
  • La Place Richelieu est à vendre
    La Place Richelieu est à vendre Grand Sudbury — La Place Richelieu, un lieu de rassemblement pour les francophones depuis 1974, est à vendre. Le Club Richelieu Sudbury, propriétaire du terrain sur la route Vermillon Lake, a pris la décision de vendre lors de l’AGA d’avril…
    Ecrit le mercredi, 15 août 2018 14:39
  • Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre
    Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre Sudbury – Plusieurs problèmes persistent dans les prisons canadiennes, comme le trop petit nombre de gardiens, l’absence d’aide psychologique, le surpeuplement, etc. Chaque 10 aout, Jour de justice pour les prisonniers, la Société John Howard de Sudbury (SJHS) s’attaque spécifiquement à…
    Ecrit le mardi, 14 août 2018 14:46
  • Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche
    Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche Ville — Jany Scherer, une élève de 12e année de l’École secondaire publique Écho du Nord de Kapuskasing, a été choisie pour participer au programme d’échange étudiant du Club Rotary pour la session d’été. Après avoir vécu avec une famille d’accueil…
    Ecrit le vendredi, 10 août 2018 15:39
  • Tout le monde est prêt, au cas où…
    Tout le monde est prêt, au cas où… Rivière des Français — L’alerte d’évacuation est toujours en vigueur pour une partie de la communauté d’Alban, et ce, malgré les progrès des pompiers forestiers qui ont presque terminé le périmètre de confinement du feu Parry Sound 33. Cet incendie…
    Ecrit le jeudi, 09 août 2018 10:33
  • Embellissement de Primeauville
    Embellissement de Primeauville Sudbury — Une murale peinte par des résidents du petit quartier de Sudbury connu sous le nom de Primeauville a été dévoilée le jeudi 26 juillet. Cette œuvre fait partie des efforts d’embellissement qui sont en cours dans cette section…
    Ecrit le vendredi, 03 août 2018 13:49
  • Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français
    Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français Rivière des Français — Celui qui a été maire de la Rivière des Français pendant 11 ans, Claude Bouffard, a décidé de ne pas solliciter un quatrième mandat. Après avoir d’abord déposé sa candidature, il a décidé de la retirer à…
    Ecrit le mercredi, 01 août 2018 14:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login