FacebookTwitter
mercredi, 24 février 2016 06:00

Comment relancer l’économie

Depuis 2008, l’économie du Canada et du monde entier bât de l’aile et tous les économistes et politiciens se cassent la tête afin de la relancer. La solution est pourtant claire, mais elle est loin d’être simple. Pour relancer l’économie, il faut redonner confiance à tous ceux qui y participent.

L’économie, dans le fond, ce n’est que la somme de tous les gestes financiers posés tous les jours – que dis-je, à toutes les secondes – par des milliards d’individus, entreprises, organismes et gouvernements. Dans cette masse de transactions, ce sont celles des individus et des entreprises qui comptent le plus. Les premières parce qu’elles sont les plus nombreuses, les deuxièmes parce qu’elles sont les plus grosses. Or comment redonne-t-on confiance aux individus et aux chefs d’entreprises?

Les économistes et politiciens de droite vous diront que c’est le marché lui-même qui doit apporter les solutions à son ralentissement. Or, depuis huit ans, nous voyons bien que ça ne marche pas. Les privilégiés du 1 % s’accrochent à leurs richesses comme à des bouées de sauvetage et les dirigeants d’entreprises continuent d’engranger les profits tout en refusant d’investir de peur de tout perdre.

Pour leur part, les gens de gauche vous diront que les gouvernements doivent jouer un rôle important afin de stimuler l’économie. Or, depuis huit ans, on a vu tous les gouvernements du monde occidental lancer des programmes de stimulus économiques, on a vu les banques centrales jouer avec les taux d’intérêt comme des apprentis sorciers. Et qu’est-ce que ça a donné? Pas grand-chose.

Pourquoi? Parce que la somme de toutes les transactions de 6 milliards d’individus est encore plus importante que toutes les simagrées des entreprises et des gouvernements. Parce que tous nos revenus, nos dépenses, nos dettes et nos épargnes comptent plus que les bilans des gros joueurs. Ben oui, c’est encore à nous de sortir le monde de la mouise.

Le problème c’est qu’on nous raconte depuis huit ans que tout va mal et ça nous fait peur. Donc, à part profiter des bas taux d’intérêt pour acheter des maisons, on se serre la ceinture. On attend une reprise économique qui ne peut pourtant venir que de nous.

Il faut donc redonner confiance aux individus et c’est là le plus grand rôle que doivent jouer les gouvernements, les chefs d’entreprises et les médias. Never mind les taux d’intérêt et autres tours de passepasse, dites-moi que tout baigne dans l’huile et je dépenserai sans crainte pour l’avenir. Voilà la solution.

C’est évidemment ce que l’équipe Trudeau avait compris sur le plan politique. « Sunny ways », disait-il. Voyons maintenant comment ce nouveau gouvernement saura appliquer cette vision au secteur économique. Ce ne sera pas facile, la mondialisation ayant beaucoup réduit l’influence qu’un gouvernement peut avoir sur son économie. Mais je vois certains autres pays, l’Islande, l’Irlande, la Grande-Bretagne entre autres, qui semblent sur la bonne voie. Ces pays, et surtout leurs citoyens, doivent maintenant s’allier afin de tirer le monde économique de sa torpeur.

Lu 2054 fois Dernière modification le mardi, 23 février 2016 14:59
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login