FacebookTwitter
mercredi, 03 février 2016 06:00

On veut des services de santé en français garantis

La semaine dernière, le conseil d’administration du Bureau de santé Porcupine a voté à 9-3 contre une résolution qui aurait garanti les services en français. Dur à comprendre de la part d’un Bureau de santé dont près de la moitié de la clientèle est francophone. Encore plus dur à comprendre quand le conseil d’administration est composé en majorité de francophones.

Cité par Radio-Canada, le président du conseil, Gilles Chartrand, explique cette décision par la difficulté qu’a le Bureau de santé à recruter du personnel médical. Il ajoute que la majorité des employés du Bureau qui desservent le public sont bilingues, sous-entendant par là qu’une telle résolution est inutile.

Ces arguments ne font pas le poids. Prenons d’abord celui du recrutement. M. Chartrand a raison en soulignant la difficulté du recrutement de professionnels francophones dans le nord, mais il me semble que quand on rencontre une difficulté, ça veut juste dire qu’il faut travailler plus fort. J’en sais quelque chose puisque j’ai dû, en tant que gestionnaire et propriétaire d’entreprise, recruter du personnel francophone. Ça se fait, M. Chartrand. Que le conseil et les gestionnaires du bureau se retroussent les manches et s’attèlent à la tâche. De nous servir cet argument m’apparait comme un aveu d’incompétence.

Quant au fait que 60 % du personnel de première ligne est déjà bilingue, ce n’est vraiment pas un argument qui tient la route. Si tel est le cas, il est fort probable que le Bureau de santé Porcupine rencontre déjà les normes de service proposées par la recommandation. Sinon, quel mal y aurait-il à une légère amélioration de service? Serait-ce tellement difficile d’étudier l’offre actuelle de services en français et de la bonifier là où elle est déficiente? Il me semble que l’amélioration du service devrait être un des buts principaux d’un organisme public.

Les arguments du président n’étant pas valables, il faut se demander pourquoi la majorité des administrateurs – dont des francophones – ont voté contre cette résolution. Mon petit doigt me dit que c’est par crainte de faire peur aux Anglais. Certains administrateurs anglophones, dont le maire et le représentant de la Ville de Timmins, se sont vigoureusement opposés à la résolution, disant craindre qu’elle mène à la désignation de postes bilingues. Et des postes officiellement bilingues, voilà la vraie hantise des Anglais.

Ils ne sont pas contre que les services en français soient offerts par la porte arrière, mais dès qu’on parle de les officialiser, ils prennent leurs jambes à leur cou. Et dès qu’ils brandissent leur hantise, nos bons représentants francophones battent en retraite. Voilà la seule explication que je peux trouver à ce vote qui n’a absolument aucun sens dans cette région du nord où les francophones sont proportionnellement si nombreux.

Il faut absolument que les administrateurs du Bureau de santé Porcupine revoient cette décision, y voient l’amélioration plutôt que la crainte et, comme on dit en anglais, « do the right thing »!

Lu 2467 fois Dernière modification le mercredi, 03 février 2016 15:25
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang
    Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang East Ferris — Pauline Rochefort, conseillère et mairesse adjointe actuelle de la municipalité d’East Ferris, a remporté le poste de la mairie par acclamation. Le maire Bill Vrebosch a décidé de briguer un poste de conseiller municipal à North Bay…
    Ecrit le vendredi, 17 août 2018 15:39
  • La Place Richelieu est à vendre
    La Place Richelieu est à vendre Grand Sudbury — La Place Richelieu, un lieu de rassemblement pour les francophones depuis 1974, est à vendre. Le Club Richelieu Sudbury, propriétaire du terrain sur la route Vermillon Lake, a pris la décision de vendre lors de l’AGA d’avril…
    Ecrit le mercredi, 15 août 2018 14:39
  • Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre
    Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre Sudbury – Plusieurs problèmes persistent dans les prisons canadiennes, comme le trop petit nombre de gardiens, l’absence d’aide psychologique, le surpeuplement, etc. Chaque 10 aout, Jour de justice pour les prisonniers, la Société John Howard de Sudbury (SJHS) s’attaque spécifiquement à…
    Ecrit le mardi, 14 août 2018 14:46
  • Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche
    Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche Ville — Jany Scherer, une élève de 12e année de l’École secondaire publique Écho du Nord de Kapuskasing, a été choisie pour participer au programme d’échange étudiant du Club Rotary pour la session d’été. Après avoir vécu avec une famille d’accueil…
    Ecrit le vendredi, 10 août 2018 15:39
  • Tout le monde est prêt, au cas où…
    Tout le monde est prêt, au cas où… Rivière des Français — L’alerte d’évacuation est toujours en vigueur pour une partie de la communauté d’Alban, et ce, malgré les progrès des pompiers forestiers qui ont presque terminé le périmètre de confinement du feu Parry Sound 33. Cet incendie…
    Ecrit le jeudi, 09 août 2018 10:33
  • Embellissement de Primeauville
    Embellissement de Primeauville Sudbury — Une murale peinte par des résidents du petit quartier de Sudbury connu sous le nom de Primeauville a été dévoilée le jeudi 26 juillet. Cette œuvre fait partie des efforts d’embellissement qui sont en cours dans cette section…
    Ecrit le vendredi, 03 août 2018 13:49
  • Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français
    Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français Rivière des Français — Celui qui a été maire de la Rivière des Français pendant 11 ans, Claude Bouffard, a décidé de ne pas solliciter un quatrième mandat. Après avoir d’abord déposé sa candidature, il a décidé de la retirer à…
    Ecrit le mercredi, 01 août 2018 14:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login