FacebookTwitter
mercredi, 16 décembre 2015 11:53

L'origine des excuses officielles pour le Règlement 17

Écrit par 
Grand Sudbury — Denis Constantineau est l’auteur de la lettre originale remise à l’ACFO du grand Sudbury et qui a mené le député provincial de Sudbury, Glenn Thibeault, à déposer une résolution demandant des excuses officielles du gouvernement pour le Règlement 17. M. Constantineau a été inspiré par sa mère et la façon dont le règlement l’a affecté, elle et sa famille, tout au long de sa vie.

« Ma mère a passé toute sa vie à s’excuser du fait que son français écrit était pitoyable. Ça m’a toujours dérangé qu’elle soit obligée de faire ça », raconte-t-il. Dans sa lettre, il mentionne que cinq des sept frères et sœurs de sa mère se sont assimilés et perdu leur français. « Dans tous mes cousins et mes cousines, ceux qui parlent encore le français sont minoritaires. La majorité parle anglais et envoi leurs enfants dans les écoles de langue anglaise », précise-t-il.

Selon M. Constantineau, sa mère n’était pas une personne qui suivait la politique, elle n’était pas vraiment au courant du Règlement 17 et que c’était ce qui l’avait mis dans cette situation. Elle aurait tout de même été heureuse de recevoir les excuses du gouvernement.

Il est également heureux du dénouement rapide. « Ça ne devrait pas être une question controversée, puisqu’on ne demande pas de réparation », indique-t-il. « Il ne faut pas aller chercher plus loin que le symbole que ça représente. Ça ne changera pas le monde, ça ne règle pas tous les problèmes de la communauté franco-ontarienne et ce n’est pas ça l’intention ».

M. Constantineau croit également que les effets ont été différents dans le Nord, par rapport à l’Est de l’Ontario. « Une fois que l’enseignante et l’inspecteur de langue anglaise étaient installés, même si le Règlement 17 a été abrogé (1927), le système en place ne permettait pas l’enseignement en français ». Même si sa mère a été à l’école en grande partie après 1927, la seule occasion qu’elle a eue d’apprendre le français était les visites de sa classe chez une dame du village les vendredis après-midis.

Mauvais et bons effets

Selon le professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa et coauteur du livre Le siècle du Règlement 17 : Regards sur une crise scolaire et nationale, Michel Bock, les implications sont difficiles à mesurer.

« Très certainement, il y a au moins une génération d’écolier qui a été privé d’une instruction en français. Lorsqu’on prive une minorité d’une assise importante, pour son développement, c’est sûr que ça ne peut qu’aggraver le problème d’assimilation, de la perte d’influence », explique-t-il.

Par contre, l’historien rappel que le combat des Franco-ontariens a vraiment commencé grâce au Règlement 17. « Le règlement 17 a provoqué une mobilisation tout à fait impressionnante [...] dont les effets se font encore sentir aujourd’hui. En évaluant tous les aspects du problème, on s’aperçoit que ça a été un coup de fouet qui a contribué à créer une forme de solidarité culturelle et politique ».

Sans avoir parlé avec les initiateurs de la demande, M. Bock s’avance sur les intentions et les impacts que les excuses pourraient avoir. « Je crois que l’objectif est de donner une légitimité symbolique supplémentaire à l’existence même de la collectivité franco-ontarienne. Les excuses ne peuvent pas changer le passé, mais peut-être qu’elles peuvent influencer favorablement les revendications et le développement institutionnel de la collectivité franco-ontarienne ».

Lu 3439 fois Dernière modification le mercredi, 16 décembre 2015 12:00
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login