Imprimer cette page
jeudi, 26 novembre 2015 16:00

L’histoire de Cobalt sociofinancée

Écrit par 
L’histoire de Cobalt sociofinancée Photo : courtoisie

Cobalt — Une campagne de sociofinancement lancée le 26 novembre vise à soutenir l’Historic Cobalt Legacy Fund créé pour assurer la conservation du patrimoine de la petite ville nord-ontarienne, autrefois un important centre minier.

MISE À JOUR : La campagne, qui a pris fin le 6 janvier, aura permis d’amasser 64 % de l’objectif de 10 000 $, soit 6385 $.

La campagne s'articule autour de la prévente d’un livre, qui doit paraitre en février, dans lequel l’historien Douglas Baldwin expose l’histoire de la ville centenaire. Cobalt: Canada’s Forgotten Silver Boom Town rappelle comment, du jour au lendemain, 20 000 personnes se sont installées dans une région à peine développée et que cette ruée vers l’argent a été plus importante que la ruée vers l’or du Klondike.

« Je peux parler longtemps de Cobalt », indique l’auteur du livre de 380 pages, Douglas Baldwin. « C’est la première et seule ville champignon de l’industrie argentifère en Ontario. C’est la ville qui a transformé l’Ontario en province minière et qui a permis à Toronto de dépasser Montréal pour devenir la capitale financière du Canada. […] Tout le monde — la Nouvelle-Zélande, la Finlande, l’Afrique du Sud — connaissait Cobalt. »

Il défile les exemples d’incidence de l’exploitation des mines de Cobalt sur la province et le pays : régulation des marchés financiers et redevances minières repensées, lois du travail et de la santé publique changées, accidentés du travail indemnisés, journée de travail réduite… Même si on exploitait déjà des mines à Sudbury, le contexte particulier de Cobalt a précipité la mise en œuvre de politiques ou leur transformation, soutient M. Baldwin.

Toutes les recettes de vente du livre, au-delà des frais d’impression, seront versées au fonds du patrimoine historique de Cobalt, qui veut soutenir la bibliothèque publique de Cobalt ainsi que des organismes à vocation patrimoniale comme le Cobalt Mining Museum, le Bunker Military Museum, le Classic Theatre et le Cobalt Heritage Silver Trail, pour le moment financées par la municipalité.

« Un jour, il n’y aura plus de fonds publics pour soutenir ces organismes », s'inquiète la mairesse de Cobalt, Tina Sartoretto, qui précise que depuis l’annonce du don de 1 million $ de la minière Agnico Eagle le printemps dernier 15 000 $ se sont ajoutés au fonds. Elle accueille favorablement le livre, autant pour la ressource qu’il sera que pour la vitrine qu’il offre à Cobalt. « Les activités et les évènements, c’est de la promotion. Notre cible est de 3 millions $ d’ici 10 ans. Il y a du pain sur la planche », indique-t-elle.

La campagne Keep Cobalt’s History Alive, hébergée sur la plateforme de sociofinancement Fundrzer et au www.cobaltboomtown.com, prend fin le 5 janvier. Elle est pilotée par les aubergistes Nicole Guertin et Jocelyn Blais, passionnés de l’histoire de Cobalt et d’Haileybury, qui espèrent notamment mieux la faire connaitre au grand public.



Abonnez vous

Lu 3909 fois Dernière modification le dimanche, 10 janvier 2016 17:51
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca