FacebookTwitter
mercredi, 21 octobre 2015 05:00

Le Nord à la table

Lundi, les Canadiens ont mis la table du gouvernement et le Nord de l’Ontario y a pris sa place. La nappe est rouge-libéral et sept des convives libéraux proviennent des dix circonscriptions du Nord. Ce sera une représentation importante du côté du gouvernement, mais est-ce que ça se traduira à Ottawa par une plus grande attention aux défis du Nord? De plus, trois députés libéraux et une néodémocrate sont des francophones. Encore là, cette proportion importante apportera-t-elle des résultats tangibles pour les Franco-Ontariens d’ici? Voyons voir.

Les défis du Nord de l’Ontario ressemblent beaucoup aux défis des autres régions de notre vaste pays. En tête de liste, la diversification économique et nos infrastructures défaillantes. Sur ce dernier point, on ne peut que se fier à la promesse du Premier ministre Justin Trudeau d’augmenter les investissements libéraux en infrastructures, quitte à accumuler de légers déficits en début de mandat. Cette promesse arrive à point nommé puisque la plupart de nos infrastructures relèvent de la province et que l’Ontario ne roule pas exactement sur l’or. Nos routes, nos ponts, nos aqueducs, nos arénas, nos écoles et bien d’autres choses ont besoin d’investissements immédiats. Ce sera à nos députés de faire valoir ces priorités à la table du gouvernement.

Nos besoins en infrastructures sont pressants puisque sans ces améliorations il sera difficile de s’attaquer à l’autre défi, la diversification économique. Le gouvernement doit aider nos industries de matières premières à se relever. Le secteur minier connait un sérieux ralentissement et le domaine forestier a connu de meilleures années. Le secteur du bois d’œuvre offre présentement une occasion pour le nouveau gouvernement de nous montrer ce qu’il sait faire. L’entente Canada-État-Unis sur le bois d’œuvre conclue par les conservateurs est échue depuis le début du mois et il faudra la renégocier. Or, malgré le traité de libre-échange, cette entente pénalisait nos producteurs. Voyons voir si les libéraux sauront faire mieux.

En parlant de diversification économique, il ne faut pas oublier que le secteur des services est maintenant une partie importante de l’économie. Or, un déménagement dans le Nord ontarien du ministère des richesses naturelles apporterait emplois et richesse. Avis à nos députés.

Quant aux besoins des Franco-Ontariens, tous nos députés devraient s’y atteler. Mais quatre d’entre eux, Carol Hughes, Anthony Rota, Paul Lefebvre et Marc Serré sont des nôtres et ont déjà démontré leur attachement à la francophonie. Voyons voir maintenant comment ils se débrouilleront pour faire avancer nos dossiers. Les deux dossiers les plus importants actuellement pour la francophonie ontarienne sont l’université de langue française et l’enchâssement de nos droits dans la constitution. Ici à Sudbury, c’est la construction de Place des Arts. Ces trois dossiers nécessitent la participation du fédéral. La «constitutionnalisation» de nos droits requiert un accord entre Ottawa et l’Ontario et la création d’une université et la construction d’un centre des arts veulent dire des investissements que la province ne peut assumer seuls. À vous de jouer, madame et messieurs.

En terminant cette liste de besoins, permettez-moi de féliciter nos nouveaux élus. Ils assument une lourde responsabilité. Nous devrons les appuyer si nous voulons qu’ils accomplissent tout ce que nous leur demandons.

Lu 2028 fois
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login