FacebookTwitter
mercredi, 28 août 2013 00:00

Une critique injuste de la pièce Momies chéries

Veuillez me permettre de répondre aux propos plutôt désobligeants, injustes et trompeurs de Daniel Aubin dans votre édition du 21 août 2013 («Gare aux momies!»). D’abord, quoique l’action se déroule à Hanmer, cela n’a absolument rien à voir avec une production antérieure ni avec aucune autre troupe de théâtre. Si M. Aubin avait fait son travail de journaliste et avait pris le temps de poser quelques questions aux responsables, il aurait compris que le choix de Hanmer dépend du fait que l’auteur et plusieurs comédiens demeurent à Hanmer. Il est étrange qu’il n’ait pas questionné les références à d’autres communautés de la région, dont Azilda, Capreol et Verner, voire même Longlac! Par contre, il questionne le fait que «l’auteur invente un musée des anciennes civilisations à Sudbury». Pourquoi ? Un des objectifs du théâtre n’est-il pas d’inventer, de créer et de donner libre cours à l’imagination? Il questionne également certains gestes et mouvements des acteurs, mais ces personnes faisaient justement ce que recommandaient les directeurs artistiques du Théâtre du Nouvel-Ontario et de Theatre Cambrian. M. Aubin prétend-il en savoir plus long sur l’art dramatique que deux autres personnes possédant une formation solide et une vaste expérience en théâtre ? M. Aubin agit de façon vicieuse, voire même cruelle, par ses remarques particulièrement cinglantes à l’endroit de certaines comédiennes. Je ne sais trop à quoi il s’attendait d’une pièce de théâtre communautaire, dont les comédiens ont consacré l’entière saison estivale à cette production, entièrement à titre bénévole. Ces bonnes gens se sont dévouées corps et âme pendant plus de deux mois tout en surmontant des problèmes de toutes sortes, même lorsque 40 % d’entre elles étaient affligées d’une vilaine grippe, sans aucun salaire. Soulignons que M. Aubin a pondu sa mauvaise opinion sans même voir la pièce lors d’une présentation devant le public. Il a simplement assisté à une répétition, ce qui fait en sorte qu’il n’a pas vu ni entendu la réaction de l’auditoire enchanté, les rires spontanés et les applaudissements chaleureux. Or, les spectateurs et spectatrices ont été unanimes à louer la performance des comédiens et comédiennes. Somme toute, je crois que M. Aubin aurait avantage à s’en tenir à regarder des documentaires ou encore des bandes dessinées à la télévision. Peut-être qu’il réussirait alors à comprendre l’intrigue et à apprécier davantage ce qu’il voit… ou ne voit pas. Pour ma part, quand j’assiste à une pièce de théâtre communautaire, je ne m’attends pas à voir du Molière, pas plus que je ne m’attends à voir de la vraie poésie dans les Primordialogues d’un pseudo poète.

Richard Pulsifer, auteur et metteur en scène de Momies chéries, Hanmer

Lu 1490 fois Dernière modification le lundi, 23 septembre 2013 12:49
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login