FacebookTwitter
vendredi, 21 août 2015 15:00

Un premier journal satirique franco-ontarien

Écrit par 

Ontario — Depuis le 19 juillet, l’Ontario français a son propre journal satirique. L’équipe de rédaction du journal Le Froid (journallefroid.wordpress.com) reprend les grands thèmes de l’actualité et les recompose avec des accents franco-ontariennes.

Il faut garder en tête que ce sont des nouvelles satiriques totalement inventées. Par exemple, lorsqu’un médecin américain a abattu un lion emblématique en Afrique à la fin juillet, Le Froid a publié une nouvelle comme quoi la plus célèbre belette de Blind River avait été tuée par un riche touriste. Vous pourrez également tout savoir sur l’épidémie de constipation survenue après le Festival de la curd de St-Albert la fin de semaine dernière.

L’équipe de rédaction préfère conserver l’anonymat pour le moment, les noms sur le site sont des alias, mais ils ont accepté de répondre par écrit à nos questions.

Le Voyageur : D’où vient l’idée de créer un journal satirique franco-ontarien?

Le Froid : Il y a longtemps que nous apprécions des journaux satiriques tels The Onion aux États-Unis et Le Navet au Québec. Plus récemment, les Acadiens ont produit La Plaise, un journal satirique par et pour les Acadiens. Toujours plus récemment, les Franco-manitobains ont produit Le Tobain. Alors si les Franco-Manitobains ont un journal satirique, il était grand temps que les Franco-Ontariens en aient un. Comme le journal Le Droit est très populaire, et créé il y a plus de 100 ans pour défendre les Franco-ontariens, malgré qu'il contient maintenant 90 % de contenu québécois, il semblait tout à fait naturel d'utiliser cette image.

V : Pourquoi un journal satirique? Est-ce que les Franco-Ontariens en ont besoin?

F : La satire a deux buts : faire rire et développer le sens critique du lecteur, qui en 2015, doit savoir que tout ce qu'il lit sur Internet n'est pas forcément vrai. De plus, pour faire face à l'assimilation et la contrer, nous devons créer plus de contenu franco-ontarien, autant sur le Web que sur les autres plates-formes. Il doit y avoir une version franco-ontarienne du plus de choses possible! Journaux satiriques inclus.

V : Est-ce qu’ils sont prêts? Il semble déjà y avoir des gens qui sont soit insultés, soit qu’ils croient que la nouvelle est vraie.

F : Toute société vivante et en santé est capable de se regarder et rire de ses travers, de ses petits défauts. Jusqu'à tout récemment, il était impossible de parler en mal, ou de façon humoristique, des Franco-Ontariens. Nous avons senti un changement récemment. De plus en plus, on accepte de parler de l'accent franco-ontarien et des travers de la société franco-ontarienne. C'est sain de discuter, d'analyser et de changer nos façons de faire. La satire permet cette discussion.
Ceux qui sont insultés n'ont pas compris que c'est de la satire. Ceux qui ont compris que c'est de la satire, mais qui sont tout de même insultés ne comprennent tout simplement pas l'humour.

V : Est-ce que ça vous sert ou servira à prendre position sur des enjeux plus sérieux?

F : Ça servira à entamer des discussions. Ça permettra peut-être à des gens de réfléchir un peu ou du moins de pousser leur réflexion. Des fois, le sarcasme peut être une forme puissante de lucidité! L'important c'est qu'on en parle. Si aucune satire, aucune blague, aucun commentaire contraire à la norme n'a été fait, c'est que l'enjeu n'est pas encore important.

V : Y a-t-il des sujets tabous auxquels vous n’oserez pas toucher?

F : Je ne crois pas qu'il y ait de sujets tabous pour les Franco-Ontariens. Nous considérons que nous sommes assez intelligents collectivement pour pouvoir parler de tout. Il y aura des articles très légers pour faire rire surtout et d'autres, plus sérieux, qui font un peu plus réfléchir.

Lu 4167 fois
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login