FacebookTwitter
lundi, 17 août 2015 16:29

Up Fest vise haut et atteint sa cible

Écrit par 
The Almighty Rhombus sur la scène principale The Almighty Rhombus sur la scène principale Daniel Aubin

Sudbury — Depuis plusieurs mois déjà, les gens du collectif We Live Up Here suscitent de fil en aiguille l’intérêt des Sudburois avec chaque annonce dessinant la forme ultime qu’allait prendre leur nouveau festival, Up Fest. Nous savions tous que le projet Up Fest visait haut et que le festival devait prendre une ampleur inédite dès sa toute première édition : nouvelles murales au centre-ville réalisées par des artistes de calibre international, d’impressionnants concerts de musique émergente et un tas de surprises qui ont tous l’objectif de transformer le centre-ville de Sudbury.

Up Fest : Projet artistique

La cohérence de la vision artistique d’Up Fest est tout à fait étonnante. La signature des artistes/graphistes/concepteurs du festival, Andrew Knapp et Christian Pelletier, est toujours évidente. Que ça soit l’uniformité de la signalisation utilisée partout, l’outil indispensable qu’est l’application Up Fest (on y annonçait les spectacles secrets et autres surprises) ou le fait que les éclairages des grands concerts reflétaient les couleurs vives du logo du festival (jaune fluo, rose surligneur et bleu ciel), on peut dire que tous les éléments d’Up Fest forment ensemble un grand projet artistique dont l’esthétique joyeuse encourageait l’esprit de fête qui y régnait.

Art public : Murales et installations

La murale de Troy Lovegates, sur le mur nord de Teak Furniture qui longe l’entrée principale du YMCA, a donné le ton quant au ludisme qui allait colorer l’ensemble du festival. La scène absurdiste/fantaisiste et folklorique de Lovegates, avec un petit homme dansant sur un tronc d’arbre, était visible à partir de la scène principale de la rue Durham et semblait encourager davantage la foule qui dansait sur la musique électro-pop de Rich Aucoin et A Tribe Called Red.


Une partie de l'installation lumineuse de Radha Chaddha


Un village en carton a été construit devant l'une des murales.

Ailleurs, les murales se complétaient avec des messages tantôt obtus : Walk Safe Don’t Slip de l’artiste Trevor Wheatley au 31, rue Larch; tantôt humoristiques : ICI, de l’artiste Alexandra Berens-Firth au Old Rock de la rue Minto.

En plus des murales, les installations artistiques temporaires ont aussi charmé le public. Je pense, notamment, aux installations lumineuses de l’artiste torontoise Radha Chaddah dans le parc Mémorial qui semblaient créer des sculptures solides tridimensionnelles avec de la lumière projetée sur les arbres et buissons. L’effet fut véritablement magique.

Musique émergente, joyeuse et expérimentale

J’ai fait plusieurs découvertes musicales tout au long d’Up Fest. La programmation musicale, bien qu’éclectique, fut absolument réussie et cohérente. D’abord, que dire de la prestation hypnotique de Tanya Tagaq, accompagnée par le Silver Birch String Quartet, le premier soir du festival? Ce fut une de ces performances qui transcendent tous les éléments qui la forment. Entièrement improvisée, la musique accompagnait la projection du film classique Nanook of the North. Tagaq elle-même semblait entrer dans une transe chamanique alors qu’elle démontrait la versatilité du chant guttural inuit. Tous ceux qui ont assisté au concert n’ont cessé de remarquer à quel point l’événement fut transformateur.

Autres belles découvertes musicales : le gros band malade de McLean, le groove à la fois bruyant et gluant comme de la mélasse de SUUNS, la pop ensoleillée et rétro de Mozart’s Sister, la pop expérimentale et ténébreuse de Petra Glynt, la poésie absurde et les rythmes déjantés des punks québécois Fet.Nat, l’attitude spectaculairement combattive de PyPy et j’en passe.


Tanya Tagaq


A Tribe Called Red

Surprises et nuit blanche

Grâce à l’application officielle du festival, les organisateurs ont pu annoncer instantanément les spectacles-surprises à tous les festivaliers. Même si on n’avait pas téléchargé l’application, la nouvelle se propageait assez rapidement de bouche à oreille.

Quelques-unes des surprises : le groupe sudburois de musique folk Murder Murder a joué jeudi soir sur le toit de la Townehouse. L’orgue électrique et les projections psychédéliques d’Organ Mood ont envahi un stationnement le vendredi soir. La troupe de danse contemporaine sudburoise ElleQ Dance Factory a performé dans ce même stationnement. Mick Futures a joué dans « le Crac » le samedi soir. Une chorale de musique classique a donné un spectacle dans le passage souterrain qui traverse la voie ferrée. Et, encore, j’en passe.


Le groupe Geneviève et Matthieu en spectacle dans la Galerie du Nouvel-Ontario

Le festival s’est conclu avec une nuit blanche où les gens ont pu soit assister aux performances de Geneviève et Matthieu et Organ Mood à la GNO (de 2 h à 4 h du matin) ou se rendre à une nuit blanche dansante dans l’ancienne arcade Games Room (aujourd’hui Zen Fitness) de la rue Durham.

Une réussite à tous les niveaux, je remercie tous les organisateurs d’Up Fest pour ce festival sans pareil au Grand Sudbury. Je suis certain que je ne suis pas tout seul à espérer l’annonce d’une seconde édition.

Lu 3076 fois Dernière modification le mardi, 18 août 2015 10:45
Daniel Aubin

Journaliste

Arts et culture

Actualité du Nord

  • Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains
    Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains North Bay — La Guilde de potiers de North Bay tente de relever le défi de fabriquer plus d’une centaine de bols en seulement quelques mois afin d’appuyer un projet humanitaire sur le continent africain. Une initiative parrainée par le…
    Ecrit le vendredi, 21 septembre 2018 13:36
  • Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme
    Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme Nipissing Ouest — Les candidats à la mairie et aux postes de conseillers de Nipissing Ouest ont participé à deux débats la semaine dernière afin de présenter les enjeux qu’ils croyaient plus importants et ceux qui seraient leurs priorités si…
    Ecrit le jeudi, 20 septembre 2018 09:24
  • Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie
    Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie Sault-Ste-Marie — Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et tenter de rehausser la fierté de s’afficher parmi la communauté franco-ontarienne. L’organisme s’est fixé des objectifs clairs…
    Ecrit le mercredi, 19 septembre 2018 13:08
  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login