FacebookTwitter
jeudi, 19 septembre 2013 11:48

Mission accomplie avec le lancement des deux premiers ballons

Écrit par 
Le premier ballon stratosphérique a pris son envol à partir de la Base de lancement de ballons stratosphériques de Timmins. Le premier ballon stratosphérique a pris son envol à partir de la Base de lancement de ballons stratosphériques de Timmins. Photo : Emilie Deschênes

Timmins — C’est réussi! Le premier ballon stratosphérique a pris son envol à Timmins, un moment historique pour la région. Après avoir attendu le moment propice, c’est mercredi dernier en soirée que les conditions météorologiques étaient idéales pour lancer un ballon de 100 000 m3 qui allait atteindre une altitude d’environ 31,5 kilomètres. Surveillé de très près au moyen de systèmes de positionnement mondial et de radars, le ballon a atterri une dizaine d’heures après avoir quitté le sol de la Base de lancement de ballons stratosphériques de Timmins, située à l’aéroport Victor M. Power. Le lancement a eu lieu à 20 h 32 précisément. Selon Sara Millington-Veloza, de l’Agence spatiale canadienne (ASC), le ballon s’est posé au sol à environ 40 kilomètres de Senneterre, en Abitibi au Québec. Il a atterri en deux parties, soit la chaine de vol à 6 h 13 et l’enveloppe à 6 h 40. Le Timmins Fur Council a participé à la récupération de l’équipement avec l’aide d’employés de l’ASC et du Centre national d’études spatiales (CNÉS). Ce vol était le premier d’une série de deux. Il s’agissait d’un vol d’essai avant le lancement du second ballon. Le technicien montréalais Alexandre Monarque, de l’ASC, était sur place pour accompagner les membres des médias lors du lancement. Ce dernier a répété à quelques reprises qu’il s’agissait d’une belle envolée et que le lancement était réussi. Pendant qu’une équipe supervisait les activités du ballon à partir du Centre de contrôle à l’intérieur d’un édifice, les responsables des derniers préparatifs sur le terrain ne quittaient pas des yeux le ballon, muni de lumières clignotantes, qui prenait progressivement de l’altitude. Un sentiment de fierté se faisait sentir. Après avoir été dans l’obligation d’annuler le lancement qui devait avoir lieu le 9 septembre tard en soirée en raison de la pluie qui s’est abattue sur Timmins, le moment tant attendu par l’équipe sur place, composée d’une soixantaine de Français du CNÉS et de Canadiens de l’ASC, est enfin venu. Ces ballons atmosphériques contrôlés à distance peuvent transporter 1,75 tonne d’équipement dans la stratosphère, ne requièrent aucun moteur ou combustible et sont totalement récupérables. Ils peuvent servir à recueillir un vaste éventail de données importantes relatives à l’environnement terrestre et à l’atmosphère ou encore à scruter l’univers à des fins de recherche astronomique.  «Ce lancement historique marque le début de nouvelles possibilités pour le Canada, souligne Walter Natynczyk, président de l’ASC. Grâce à un modique investissement dans ces campagnes de ballons et à notre collaboration avec l’Agence spatiale française et la Ville de Timmins, des scientifiques et des ingénieurs canadiens auront accès à de fréquentes occasions de participation à ces vols à partir de 2014.» C’est à 1 h 27 le 14 septembre qu’on a fait le lancement du second ballon d’essai, soit le plus gros ballon stratosphérique du programme de ballons Stratos. Cette fois, celui-ci était de 800 000 m3 et atteignait 324 mètres de hauteur, ce qui représente environ la hauteur de la tour Eiffel. Ce deuxième vol d’essai transportait deux charges utiles canadiennes à bord. On annonce que le ballon a atterri le même jour à 14 h 25 au nord-est de d’Amos, en Abitibi.

Lu 1798 fois Dernière modification le jeudi, 19 septembre 2013 11:50
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login