FacebookTwitter
vendredi, 16 août 2013 15:04

La vie avec les chevaux

Écrit par 
La vie avec les chevaux Photo : Émilie Deschênes

Timmins — Les camps d’été comportent une foule de bienfaits et certaines propriétés thérapeutiques liées à l’équitation sont connues depuis l’Antiquité. En mariant les deux, on obtient, selon l’éleveuse de chevaux Renée Lafleur, une formule parfaite. Propriétaire de la ferme Clovercroft, située sur le chemin Kraft Creek à Timmins, elle a fait il y a quelques années l’ajout d’un camp équestre à son programme. Outre le dressage de chevaux ainsi que les leçons et les compétitions d’équitation, Mme Lafleur est entourée d’enfants tout au long de la période estivale. C’est par l’entremise d’un camp d’été que la jeune entrepreneure Renée Lafleur partage sa passion pour les chevaux avec des enfants de la région depuis 1995. Elle permet à la jeunesse d’explorer les divers aspects que représente une écurie et ce en quoi consiste une journée typique dans la vie d’une éleveuse de chevaux. Son camp, qui est offert en français et en anglais, constitue une occasion exceptionnelle de formation et de bons moments de camaraderie. «J’accueille de 10 à 12 enfants par semaine, souligne-t-elle. Il y a quatre semaines de camp au cours de l’été. Cette année, j’ai rempli mes camps.» Tout a commencé lorsqu’on lui a proposé de prêter main-forte à un enfant. Mme Lafleur a mis ses connaissances et ses compétences au service de ce dernier afin qu’il puisse profiter de la thérapie que procure un cheval. «J’ai commencé sur le chemin Airport, sur la ferme de mes parents, et une dame m’a approché et m’a dit : “J’ai un enfant aux prises avec des problèmes d’agression et j’ai entendu dire que les chevaux, c’est une thérapie pour les jeunes.” Et c’est comme ça que j’ai commencé à enseigner. Elle a par la suite donné mon nom à quelqu’un et mon nom est passé à quelqu’un d’autre.» Cette expérience enrichissante a éveillé en elle une nouvelle ambition qui lui permet désormais de gagner sa vie. «Je suis allée à l’école et j’ai reçu mon diplôme de l’Université de Guelph pour prendre soin d’une ferme et apprendre aux jeunes et aux adultes à faire de l’équitation», poursuit-elle. Les enfants qui sont de passage au camp sont entièrement submergés dans l’univers des chevaux. «En général, ils apprennent à prendre soin des chevaux, leur diète, nettoyer la grange pour les garder en santé, les brosser, installer l’équipement et monter à cheval, explique Mme Lafleur. Les jeunes apprécient ce qui se passe à la ferme, ce n’est pas juste de venir à la ferme, monter à cheval et on y va! Ils apprennent en détail à en prendre soin et voient tout le travail que ça exige.» Pas besoin d’être un cavalier de première classe pour profiter de son séjour d’une semaine à la ferme. «Parfois, les enfants viennent ici sans expérience du tout, ils ne sont jamais montés à cheval auparavant. Par la fin de la semaine, ils sont seuls et font toutes leurs affaires autour de la ferme», ajoute-t-elle. Cette année, Mme Lafleur a agrémenté son camp de jour en faisant un ajout qui plait aux campeurs. «Les jeunes couchent ici les jeudis soir, donc il y a soirée de film dehors et les jeunes participent à toutes les activités de soirée. Alors on soigne tous les chevaux, on les rentre le soir et on nettoie encore la grange», de dire Mme Lafleur. Il y a sept ans, son rêve de s’approprier une écurie est devenu réalité. «J’ai acheté une ferme abandonnée, dit-elle, en ajoutant que c’est sous le nom de Clovercroft qu’elle l’a baptisée. Mon premier cheval aimait toujours les clovers [trèfles], il mangeait toujours ça. Quand j’étais jeune, je l’apportais toujours manger dans les sections où il y en avait. Et croft, ça veut dire une petite vallée. J’ai fusionné les deux mots, ce qui donne Clovercroft.» Fille unique d’une famille passionnée de chevaux, Renée Lafleur poursuit la tradition familiale, famille pour laquelle une rue de Timmins a été nommée il y a de cela quelques années. «Ça faisait longtemps que la famille Lafleur était à Timmins et on voulait le faire en l’honneur de mes grands-parents», conclut-elle.

Lu 1812 fois Dernière modification le vendredi, 16 août 2013 15:08
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login